• Avoir peur de son ombre…

Monique Désy Proulx
mardi 29 avril 2008

Je viens d’écouter sur Internet un billet d’Alain Dubuc sur Mario Dumont… C’est drôle, il dit que Mario «joue» sur la peur… mais n’est-ce pas ce qu’il fait aussi, en affirmant que le propos de Dumont est « inquiétant»!

Dumont a peur de voir le peuple canadien-français disparaître et Dubuc, lui, s’inquiète de voir Dumont avoir peur. Tout le monde craint quelque chose…

Pour ma part, j’observe plutôt à quel point Mario a le tour de mettre le doigt sur le bobo. Il touche souvent les points névralgiques dont personne n’ose parler, sous peine de se faire traiter de fasciste. Ainsi, on s’inquiète du Tibet, à cause de la menace d’assimilation que la Chine fait peser sur son destin, mais il ne faut rien dire du Québec, dont la population française constitue pourtant un petit groupe juché aux confins d’un continent où l’on parle anglais. On s’horrifie, avec raison d’ailleurs, du sort réservé aux Algonquins, un peuple qui se définit par les liens du sang, mais on ne doit jamais évoquer la nation canadienne-française… Les autres peuvent revendiquer leur identité, mais pas nous.

Pourtant, si nous voulons vivre et nous épanouir, cette question de l’identité est cruciale. C’est elle qui se cache derrière le thème de l’immigration. On la retrouve partout dans notre monde en mouvance, où des populations entières se déplacent. Et il ne faudrait pas en parler? C’est vrai que chez nous, l’avenir est un sujet tabou. Le passé aussi, puisqu’on cache l’histoire politique de notre peuple. Pas étonnant que le Québec ait le taux de suicide que l’on sait.

On répète aussi à qui mieux mieux, comme un Je-vous-salue-Marie, que le taux de fertilité des Québécoises n’est pas assez élevé. Pourtant, la moindre mesure votée par l’État pour soutenir les parents obtient un tel succès qu’on évoque un baby-boom… Qu’en est-il donc vraiment?

En outre, la population du Québec est constituée aujourd’hui à 12 pour cent d’immigrants, plus que la plupart des États modernes. Or, quiconque connaît la cuisine sait qu’il vient un moment où la mayonnaise tourne si on met trop d’huile, quand le jaune d’oeuf n’est plus capable d’en absorber. Ne devrions-nous pas nous demander quelle est notre capacité d’absorption à nous, comme société?

Mario les pose, lui, ces questions essentielles. Remercions-le ! Cela ne veut pas dire qu’il faille lui confier les solutions. Loin de là. Il n’a ni les connaissances ni l’envergure morale pour bien le faire. Cependant, il dit tout haut ce que des milliers de personnes taisent. Alors, plutôt que de contribuer à la censure et de continuer d’avoir peur de la peur, les commentateurs feraient mieux d’aborder franchement la question, en n’oubliant pas qu’un peuple, c’est comme du blé, il y a des variétés qui disparaissent avec le temps, quand on ne s’occupe pas de les conserver.

Cette entrée a été publiée dans Récits du temps perdu. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *