• Revitaliser Montréal?

La ville a récemment ouvert une enquête auprès de ses citoyens.
Elle leur demande quels sont leurs rêves pour Montréal.
Voici le mien… 

*****

À mon avis, la grande force de Montréal, c’est d’être une ville formée de nombreux villages, chacun ayant sa personnalité, ses caractéristiques propres, son esprit, son style, son histoire, sa géographie. Autant de lieux qui peuvent ou non correspondre à soi, à son cheminement et à sa personnalité. En comprenant bien ces différentes facettes, on sait où aller habiter à tel ou tel moment de sa vie, et où sortir lors de telle ou telle fête.  On bénéficie à la fois de la chaleur humaine des petits lieux et du rythme de la grande ville.

Voilà un facteur qui compte certainement dans le bas taux de criminalité de Montréal. À mon avis, c’est même le premier facteur qui rend la ville si sympathique aux yeux des visiteurs.  Seulement dans la ville centrale, il y a des dizaines de ces villages : le Village gai, le Plateau, le Mile-End, les Faubourgs Sainte-Marie et Saint-Jacques, le Vieux-Montréal, Saint-Henri, les quartiers Hochelaga et Maisonneuve, la Petite Bourgogne et j’en passe!  Si l’on comprenait mieux ce phénomène, on le mettrait largement en valeur. On valoriserait d’abord et avant tout la vie des RÉSIDENTS de ces quartiers, les citoyens de Montréal.

Il y a deux choses à faire en priorité pour améliorer la vie de ces résidents, tout en donnant à Montréal une plus grande envergure.  La première: mettre en place un vaste réseau de tramways qui, comme par le passé, lorsque la ville fut conçue et construite, permettrait aux gens de la sillonner rapidement, économiquement, efficacement et… à l’extérieur. Pour qu’enfin on la voie, cette ville aux mille clochers!  Pour qu’on regarde ses commerçants ouvrir leurs boutiques, les enfants se rendre à l’école, les adultes entrer au boulot. La deuxième :  ouvrir le fleuve aux résidents. Leur rendre certaines parties du port (entre Papineau et Viau, on trouve des parkings et des espaces à déchets, des tas de sels et des résidus de neige!).  Les citoyens redécouvriraient ces zones sous forme de promenades et de parcs.  En faisant cela, tous les quartiers du sud de Montréal, ces quartiers historiques qui ont souffert de la dictature de l’automobile, deviendraient des lieux hautement recherchés. En valorisant ainsi la vie des résidents, on les rendrait plus riches, on embellirait leur ville de façon magistrale et ça stimulerait le tourisme ainsi que bien d’autres industries souhaitant s’installer là où les gens sont heureux.

Or, c’est l’inverse qu’on fait! Tout pour la visite et rien pour les nôtres! Montréal, ville des partys, ville des festivals, ville des touristes… Et tant pis pour ceux qui l’ont choisie pour vivre, cette ville ! Allez, qu’ils se cachent quand la visite arrive, qu’ils cessent d’utiliser le métro avec leurs vélos, qu’ils se privent de différents services, les «autres» s’en viennent !

Au contraire, si on pensait le développement de Montréal d’abord pour les Montréalais, on se rendrait vite compte que des quartiers comme Saint-Henri, Hochelaga ou Maisonneuve sont des trésors infinis. Ils contiennent toute l’histoire du peuple «québécois d’origine canadienne-française »… Ils sont riches à craquer, pleins de monuments, d’œuvres d’art public, d’églises somptueuses, de manoirs, de couvents et de châteaux. En plus, richesse insurpassable, ils sont situés au bord du Saint-Laurent, un des plus grands fleuves du monde.

Mais nous sommes colonisés, encore et toujours, et même aliénés, et cela nous incite à mépriser ces quartiers qui parlent de nous, de notre histoire, de nos artistes, de nos penseurs, de nos sportifs, de nos architectes, de nos musiciens, de nos aïeux. Nous passons à côté de trésors sans les voir. Et nous croulons. Aujourd’hui, Montréal ressemble à une ville en faillite. Pourtant, elle a ces ressources uniques au monde : des villages historiques et un fleuve grandiose.

Cette entrée a été publiée dans Commentaires sur Montréal. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *